jeudi 1 octobre 2015

Le but suprême de toute religion et de la méditation (par Dhiravamsa)

Voici un passage tiré du livre « La voie du non-attachement », qui fait ressortir avec autant de simplicité que de clarté, le but commun de toutes les religions : la libération de l'âme humaine. Chaque religion propose pour cela différentes voies de réalisations spirituelles, dont fait partie la méditation, qui est ici présentée dans sa dimension la plus pure, à savoir l'observation détachée et équanime de la réalité intérieure. L'auteur, Dhiravamsa, nous explique que la méditation profonde nous permet de réaliser une catharsis de nos ombres intérieures. Dans un esprit calme et concentré sur notre réalité intérieure, les énergies bloquées sortent de l'ombre (le subconscient) et remontent au conscient, sollicitant l'écoute bienveillante et attentive de la Lumière de l'esprit. En plus d'acquérir une meilleure connaissance de soi-même, la pratique méditative dont il est question ici nous rend autonomes et libres dans la capacité à obtenir la guidance et la sagesse sans passer par une autorité extérieure.  
"Regardez en vous-mêmes, observez votre structure mentale et affective, comprenez comment vous pensez, percevez et agissez. Ainsi, vous apprenez à vous connaître tel que vous êtes. C’est ce qu’il faut entendre par la pratique de la méditation."
V.-R. Dhiravamsa
Le but suprême de toute religion, c’est la libération, même si elle est connue sous des noms divers : les bouddhistes et les hindous emploient ce terme, tandis que les chrétiens parlent de communion avec l’Etre suprême, état exempt du sentiment de moi ou d’individualité.

La réalisation suprême, but de toutes les religions, c’est l’extinction complète du moi, autrement dit la liberté. Evitez d’aller vers des autorités pour leur demander de vous renseigner sur votre nature ou votre destin.

Regardez en vous-mêmes, observez votre structure mentale et affective, comprenez comment vous pensez, percevez et agissez. Ainsi, vous apprenez à vous connaître tel que vous êtes. C’est ce qu’il faut entendre par la pratique de la méditation.

Si vous voulez atteindre un stade de méditation encore plus avancé, il vous faut trouver le temps de rester assis, tranquillement, à observer vos réactions alors que vous êtes dans le silence, complètement seul avec vous-même. Cela peut être une expérience effrayante mais, si vous êtes persévérants, nombre de choses profondément enfouies viendront à la surface de votre psyché.

Toutes vos complications, toutes les choses troublantes que jusque-là vous réprimiez, monteront au conscient. Réprimées, elles sont très dangereuses, surtout quand elles sont logées dans l’inconscient. Car, bien que vous ne soyez pas conscients d’elles, elles agissent tout de même. C’est elles qui sont la cause des attitudes compulsives, par lesquelles on perd tout contrôle sur soi-même et subit les situations.

La vision de soi est très importante : elle permet de se connaître tel qu’on est. Soyons disposés à faire face à nous-mêmes, en sorte de comprendre la vraie structure de notre mental, le centre à travers lequel nous opérons le plus souvent. Quand on comprend ce centre, il devient très facile d’affronter toutes les situations, car dès qu’il y a réaction à un stimulus extérieur, on le voit se mettre en action. Et le fait même de le voir est ce qui provoque sa disparition. L’aptitude à la maîtrise étant là, le censeur devient inutile. A ce moment précis, il y a vision, réalisation et compréhension. C’est cela le problème central de la vie.