vendredi 10 janvier 2014

Faire l'amour avec le vivant

On m’a une fois posé la question de savoir quelle était la meilleure pratique spirituelle pour se connecter à notre Âme, ou pour reprendre l'expression exacte de cette question, à notre "champ vibratoire".

Pour répondre à cette question, tout d’abord faut-il s’entendre sur ce qu’est le champ vibratoire. Dans le contexte qui nous intéresse ici, cette expression fait référence à l’ensemble des énergies qui font partie intégrante de l’Âme vivante (jivâtma) et qui la constituent en tant que telle, à savoir le corps, les émotions, les mémoires (soit les conditionnements, ce que les orientaux appellent les samskâras et les vâsanâs) et autres composantes psychiques, l'énergie vitale, etc. Ce champ vibratoire (ou Âme vivante donc) peut-être symbolisé par le reflet du Soleil à la surface d’un plan d’eau. Il est la lumière du Soi (Âtmâ), réfléchie dans le monde en tant que son individualisation.


Pour se connecter au champ vibratoire, il suffit d’être pleinement attentif à ce qui se passe en soi-même, en entrant en relation avec le "vivant" qui s'exprime au travers de notre corps, mais également des tensions, des douleurs, des émotions, des états d'âmes, des conditionnements, etc. Lorsque nous sommes dans cet état de Présence à nos énergies, à notre "champ vibratoire individuel", c’est-à-dire à notre « moi » en tant qu’Âme vivante, alors « Ce » qui observe et ressent est la Lumière spirituelle de la Conscience pure (symbolisée par le Soleil).

Cette focalisation est une observation depuis un espace de paix, parfait, au sein duquel nous accueillons inconditionnellement "ce qui est perçu", avec Amour, bienveillance, empathie, compassion, tendresse, douceur. Quand nous posons ce regard aimant sur « ce qui est », c'est comme si nous étions la Lumière divine qui se voit en tant que son reflet. Ce qui est observé peut-être identifié par l’ego comme étant moralement bien ou mal, juste ou faux, approprié ou inapproprié, il n’en demeure pas moins que cela est parfaitement lumineux du point de vue de la Conscience pure qui perçoit cela (seul l’ego a le pouvoir de séparer la réalité en lumière ou en ombre).

C’est par ce positionnement intérieur que nous faisons « descendre » la Lumière spirituelle dans le monde, Lumière qui n’est autre que l’énergie d’Amour inconditionnel. Dans ce positionnement intérieur, nous ne cherchons pas une expérience mystique avec des perceptions exceptionnelles, nous nous ouvrons à la réalité qui s’exprime, dans toute sa simplicité. Et si une part de soi-même se sent frustrée parce que l’expérience n’est pas à la hauteur de ses attentes, eh bien nous l’accueillons de la même manière dans toute sa frustration, sans vouloir qu’elle soit différente. L’Amour inconditionnel ne fait pas de distinction entre ce qui est digne d’être aimé et ce qui ne le serait pas selon des critères moraux. Cette Lumière d’Amour est amorale, équanime. C’est une manifestation, un rayonnement d’un Bien suprême qui ne s'oppose à rien. Cette Lumière spirituelle est la véritable intelligence, celle du Cœur.

Ce positionnement intérieur est synonyme d’illumination (ou d’éveil). Par ce positionnement, nous communions avec le « vivant », nous dansons avec lui, nous en prenons soin, nous respirons avec lui, nous l'embrassons, nous « faisons l’Amour » avec lui au sens le plus sacré de l’expression, et c’est là la plus noble des pratiques spirituelles.