mardi 28 janvier 2014

Hommage au Souffle divin

aucoeurduvivant hamsa brahma elan sarroUn jour, Dieu se dit qu'Il aimerait pouvoir visiter Sa Création, en chaque recoin, pour l’éclairer de Sa Lumière d'Amour et lui apporter harmonie, paix, beauté et abondance.

Mais pour cela, il lui fallait un véhicule, et parmi tous les animaux, Il choisit le cygne. Non pas qu’Il aimait mieux le cygne que les autres animaux de Sa création, mais simplement parce que c’est celui qui se prêtait le mieux à la fonction de véhicule, se dit-Il.

Le cygne fut si heureux qu’il se donna corps et âme dans sa fonction, et allait partout où il lui était demandé de se rendre pour dispenser la Lumière de l’Amour de Dieu.

Le cygne était une monture parfaite, si parfaite qu’il faisait corps avec Dieu. Une simple pensée de Celui-ci, et le cygne s’exécutait, tout heureux qu’il était, par-dessus tout, de servir son Maître bienveillant. Le majestueux cygne était devenu le prolongement parfait de son Maître.

vendredi 10 janvier 2014

Faire l'amour avec le vivant

On m’a une fois posé la question de savoir quelle était la meilleure pratique spirituelle pour se connecter à notre Âme, ou pour reprendre l'expression exacte de cette question, à notre "champ vibratoire".

Pour répondre à cette question, tout d’abord faut-il s’entendre sur ce qu’est le champ vibratoire. Dans le contexte qui nous intéresse ici, cette expression fait référence à l’ensemble des énergies qui font partie intégrante de l’Âme vivante (jivâtma) et qui la constituent en tant que telle, à savoir le corps, les émotions, les mémoires (soit les conditionnements, ce que les orientaux appellent les samskâras et les vâsanâs) et autres composantes psychiques, l'énergie vitale, etc. Ce champ vibratoire (ou Âme vivante donc) peut-être symbolisé par le reflet du Soleil à la surface d’un plan d’eau. Il est la lumière du Soi (Âtmâ), réfléchie dans le monde en tant que son individualisation.